Feel it !




Paroles et musique de Dan Speerschneider
un album pour célébrer la vie ;-)

SATSANG



 Le satsang est un terme sanscrit (sat = vérité, réalité, être; sangha = compagnie, assemblée, rassembler) désignant une rencontre autour de la vérité que nous sommes déjà. Une telle rencontre n'a d'autre propos que de découvrir notre vraie nature. C'est une invitation à explorer la nature de la réalité, par le biais des moyen d'investigation concrets pour que chacun puisse questionner ce qui semble évident et validé par la société et le langage, afin qu'il puisse découvrir en lui-même, et par lui-même la réponse à la question fondamentale : Qui suis-je ?

 Dans ces rencontres nous partageons la conviction que sur un plan profond nous sommes ce que nous cherchons et, que Cela est immédiatement accessible. À la racine de notre être, chacun d'entre nous sommes cette conscience impersonnelle, infinie et sans âge. Je propose de faire des explorations ouvertes du contenu de la conscience (pensées, perceptions, sensations, émotions) et, au travers de nos restrictions psycho-corporelles, laisser la plénitude que nous sommes, en amont des pensées et des perceptions, se révéler d'elle-même.

 Au cours de ce processus des émotions, des ressentis nouveaux et des prises de conscience ne manqueront pas de surgir. Tout ceci dans une ambiance détendue, exploratrice, ludique et amicale. Au travers de jeux de révélation nous allons passer du niveau où nous « pensons la vie » au niveau où nous « ressentons la vie » (différence entre vivre une expérience et en parler, c'est à dire y penser et donc y résister). Nous allons donc jouer à mettre l'attention sur notre inattention, découvrir nos enveloppes de croyances transparentes, nous libérer du connu pour faire l'expérience de l'unité avec ce qui se présente et, découvrir qu'il n'y a jamais eu de séparation dans l'expérience directe. On pourrait dire que le satsang est le lieu sans lieu où l'on est invité à pratiquer un yoga que l'on pourrait appaler "du sentiment de manque à la Plénitude."

 Tous ces jeux de révélation pointent indirectement ou directement vers notre nature absolue. En deça de toutes les identifications du corps et du mental, ils pointent vers un espace de présence et de conscience, sans forme et sans âge, la certitude absolue d'être : « Je suis ». Ils exposent les croyances erronées et les sensations de manque qui en résultent dans le corps, pour ouvrir sur une dimension sans références. À la racine de notre prétention à savoir, génératrice d'un sentiment de séparation, se trouve l'humilité du non savoir, plénitude accessible à chaque instant en nous-mêmes.


L’honnêteté de chaque participant envers lui-même est évidemment l'ingrédient indispensable à ce voyage de retour chez soi, ce chez soi que nous n'avons en réalité jamais quitté, sauf en imaginaire.

L’honnêteté est définie ici comme l'ouverture totale au ressenti qui se présente, plutôt que penser à ce que l'on devrait ressentir, l'expliquer, le justifier, le condamner, compte tenu de la situation.

Ces rencontres comme les stages s’adressent donc à des personnes, prêtes à remettre en question toutes les croyances sans exeption et désireuses de se mettre en jeu totalement. Cela demande un certain degré de vulnérabilité qui n'est pas forcément possible pour des personnes fragiles psychologiquement.

Ces rencontres ne visent nullement à obtenir de plus belles expériences de vie, à guérir les maladies physiques ou psychiques. Elles ne visent nullement à conforter la personne mais au contraire à pointer vers l'évidence qu'il n'y a pas d'entité séparée au cœur de l'expérience directe.

Les investigations méditatives sur la nature de la réalité sont inspirés de différentes traditions non duelles orientales (Advaita, Voie Directe) ou occidentales, de la Vision Sans Tête de Douglas Harding et des jeux de révélation issus du stage Éclosions que je transmets depuis 2002.

 Il n’est bien évidemment pas question ici de chercher à fonder un mouvement philosophique ou religieux. La fréquence de ces rencontres est approximativement de deux soirées par mois. Aucune connaissance ou savoir-faire ne sont requis. Venez simplement avec votre désir d’être dans l’ouverture à ce qui se présente. À la fin de la soirée, qui se termine vers 21h30, ceux qui le souhaitent, apportent à manger pour un dîner convivial. 

Belles éclosions à vous,



Amor Fati  ( Amour de ce qui est )


2 commentaires:

  1. Salut,.............j,ai un petit paradoxe a te soumettre.........

    Il est dit que nul effort personnel ne peut nous mener a l'ÉVEIL * ..........., et que tout est impersonnel..........

    Donc l'effort est impersonnel et devrais être efficace...???

    Merci a l'avance l'amie...

    Tendresse...

    RépondreSupprimer
  2. Salut Yvan,
    Merci pour ton partage.
    L'effort qui est problématique est celui lié à l'idée que tout n'est pas parfait tel que c'est maintenant, que ce qui m'est donné dans l'instant n'est pas déjà complet et ne me permet pas de réaliser ma vraie nature. Cela engendre l'idée qu'il faut faire quelque chose pour atteindre le bonheur que nous sommes, faire quelque chose pour se rencontrer vraiment, faire quelque chose pour être digne de réaliser notre vraie nature déjà éveillée. Notre nature éveillée est déjà présente et le réaliser ne dépend d'aucun effort, il s'agit juste de le voir, de le réaliser. Quoique tu penses ou fasses tu es déjà parfait tel que tu es, et tout est parfait tel que c'est à chaque instant. Néanmoins l'effort est la façon de nous vivons de façon habituelle et duelle en considérant que certaines choses ne sont pas bonnes à ressentir. Est-ce que constater que tu en train de faire un effort inutile demande un effort ? Est-ce que réaliser qu'en écrivant ceci, une contraction inutile est ressentie en bas de mon dos et en haut de mes trapèzes me demande un effort ? Non. Réaliser, c'est constater ce qui est déjà là. Est-ce que t'éveiller d'un rêve le matin te demande un effort ? Au sein de cette Présence qui rayonne en nous d'une joie sans objet et sans effort, l'organisme corps mental peut évidemment passer par des étapes d'effort relatif pour accomplir des choses sur le plan relatif, bien sûr, mais la Présence elle-même que nous sommes ne fait aucun effort, elle est le témoin de tous ces efforts du corps-mental. Et lorsque le mental cesse de chercher plus tard et ailleurs le mystère dont il est issu, la conscience réalise sa vraie nature illimitée et sans âge sans effort. Ce que nous appelons effort sur le chemin apparent de l'éveil n'est qu'une longue suite de résistances à ce qui est, un ensemble de prétentions à savoir, un refus de ressentir ce qui se présente. Ressentir est sans efforts, même ce qui nous semble insupportable ou inacceptable, peut être ressenti en conscience et me ramène inexorablement à la joie d'être ici et maintenant. Ressentir est non duel, sans personne qui ressent. Tu ne peux pas à la fois penser et ressentir. Ressentir est donc sans efforts.
    Avec toute la douceur du ressenti silence...
    Amor Fati

    RépondreSupprimer